photo of Trio Ernest Chausson, violon / violoncelle / piano
Trio Ernest Chausson, violon / violoncelle / piano
photo of Elizabeth Bailey, soprano
Elizabeth Bailey, soprano
photo of Loïc Schneider, flûte
Loïc Schneider, flûte

Concert du Friday
17 February 2012
, 19 heures
Beau-Rivage Palace, Lausanne

Trio Ernest Chausson
Elizabeth Bailey soprano
Loïc Schneider flûte

PROGRAMME

Sergei Rachmaninov
«Trio élégiaque» pour piano et cordes,
n°1 en sol mineur

Francis Poulenc
Sonate pour flûte et piano

Claude Debussy
Syrinx

Vincenzo Bellini
Ah, non credea mirarti from La Sonnambula

Claude Debussy
Romance d’Ariel

Richard Hageman
Do not go, my love

Leonard Bernstein
Glitter and be gay, from Candide

A propos de:

Trio Ernest Chausson

photo of Trio Ernest Chausson, violon / violoncelle / piano

Philippe Talec violon
Antoine Landowski violoncelle
Boris de Larochelambert piano

Fondé en 2001 et après avoir obtenu leurs prix en instrument et musique de chambre au Conservatoire de Paris (CNSMDP), l’European Chamber Music Academy (ECMA) les nomme invités permanents, leur per- mettant de bénéficier des conseils de chambristes européens éminents tels que Hatto Beyerle (quatuor Berg), Anner Bylsma et bien d’autres...

Lauréats de nombreux concours internatio- naux, ils remportent le 1er Prix du concours international de musique de chambre «Joseph Joachim» à Weimar en novembre 2005 ainsi que de celui d’Illzach la même année.

Ils sont nommés «Rising Star» pour la saison 2007/2008 et se produisent dans les plus grandes salles de concert européennes ainsi qu’au Carnegie Hall (New York).

Le Trio Chausson joue dans de nombreux festivals, participant notamment depuis 2008 aux Folles Journées de Nantes, Bilbao, Tokyo et Varsovie. Ils se produiront cette année à Frankfort, Berne, Rome, Venise, Paris, Nantes, Varsovie, Tokyo, Cologne, Le Mans...

Parallèlement à leur activité de chambriste, Antoine Landowski, Boris de Larochelambert et Philippe Talec enseignent respectivement à Angers, Torcy et Genève.

Les trois derniers enregistrements du Trio Chausson consacrés à Chausson/Ravel, Schubert et Chopin/Liszt ont été salués par la critique (Maestro du magazine Pia- niste, Cd-Tipp de NDR Kultur). Un quatrième ayant pour thème la musique romantique française sortira en février 2012.

Elizabeth Bailey, soprano

photo of Elizabeth Bailey, soprano

La Soprano anglaise Elizabeth Bailey est originaire de Bristol. Après avoir été membre du chœur National des Jeunes, elle effectue ses études musicales à la Guildhall School of Music & Drama de Londres où elle obtient son licence en musique puis un diplôme de chant en 2003. Elle reçoit différentes bourses et se perfectionne ensuite au sein de l’opéra studio de cette même école.

Depuis, Elizabeth a chanté au festival de Glyndebourne, notamment dans les productions des Noces de Figaro et de la Chauve-souris.

Elle s’est aussi produite dans les rôles de : Elisa ( Il R e Pas tore ) et un récital au Wigmore Hall à Londres pour The Classical Opera Company, Barsene (Demetrio de Mayr ) avec Opera Obliqua, Oscar ( Un ballo in maschera ), Elvira ( L’Italiana in Algeri) L’Opera de Lausanne Comtesse di Folleville (Il Viaggio a Reims), dans une grande tournée en France (CFPL) notamment à Bordeaux, Toulouse et Marseille, Montpellier, Nancy et Toulon. Guadalena et Manuelita (La Perichole), Wanda (La Grande Duchesse de Gérolstein) aux Folies d’O de Montpellier, Fortune (Gulliver) et Rosina (La Finta semplice) avec Jeune Opéra Companie (Suisse), Blonde (Die Entführung) Opéra de Baugé, la Princesse (Le chat botté) et Barbarina (Le Nozze de Figaro), Monica (Le Médium) à Fribourg, Dijon et Besançon, Crobyle (Thais) pour Grange Park Opera, Ernestine (Monsieur Choufleuri) au Festival de Off and Bach à Venelles, Philine (Mignon), Lucia (Viol de Lucrèce), Barbarina (The little green swallow) et Thérèse (Les mamelles de Tirésias).

Elizabeth a chanté dans de nombreux concerts et oratorios dont les airs de concerts de Mozart avec L’Orchestre des pays de Savoie, Carmina Burana ( Lausanne ), le Messie de Haendel, le Requiem Allemand de Brahms, la Messe en ut mineur de Mozart, l’oratorio de Noël de Bach, Elijah de Mendelssohn, entre autres.

En 2007, elle a été invitée à donner un récital au prestigieux festival Menuhin de Gstaad.

Elizabeth a été finaliste et lauréate de nombreux concours internationaux: Operalia 2009, ARD 2009, Reine Elisabeth 2008 (prix Jacques Stehman), Barcelone (Vinas), Genève, Toulouse, Strasbourg et Berne (Ernst Haefliger). Elle a aussi été triple lauréate du concours européen de Mâcon en remportant le premier prix d’opéra, le deuxième prix en mélodie française et le prix de l’orchestre. A Marmande, elle a reçu le prix « jeune espoir » et le prix décerné par la Chambre professionnelle des directeurs de théâtres.

Parmis ses projets 2012: Königen der Nacht (Die Zauberflöte) Theater St Gallen, Sophie Scholl (Weisse Rose) Jeune Opera Compagnie et Blondchen (Die Entführung aus dem Serail) Opera de Liège.

Loïc Schneider, flûte

photo of Loïc Schneider, flûte

«Si Mozart avouait parfois ne pas éprouver d’attrait particulier pour la flûte (...) c’est qu’il n’avait sans doute pas écouté les accents enchanteurs de Loïc Schneider ...»
Le journal de Saône et Loire, 23/10/09

Applaudi par la presse lors de ses concerts, Loïc Schneider a également été plébiscité par ses aînés les plus célèbres tout au long des prestigieux concours internationaux aux- quels il a participé. Lauréat des concours Rampal (2005) et de Kobé (2009), il est récompensé par trois premiers prix, en 2006 à Pékin au concours Nicolet, en 2007 au concours Larrieu de Nice et enfin au fameux concours de l’ARD de Munich en 2010, où il est acclamé tant par le Jury que par les spectateurs avec un 1er Prix et le Prix du public qui a apprécié autant son aisance technique que la qualité de son interprétation.

Ces succès lui permettent tout naturellement de se produire à la fois en tant que soliste et en tant que chambriste, en France bien entendu (Festival de Menton, Radio-France), mais également en Europe (Italie, Suisse, Allemagne) et en Asie (Taiwan, Chine, Japon), dans des répertoires allant du baroque aux créations contemporaines.

Né en 1981 à Strasbourg, Loïc Schneider étudie la flûte au conservatoire de sa ville natale auprès de Christine Turellier, Philippe Jolivet puis Sandrine François. Il choisit alors de se perfectionner auprès de Claude Lefèbvre au Conservatoire Supérieur de Région de Paris avant d’entrer premier nommé dans la classe de Sophie Cherrier au Conservatoire National Supérieur de Musique et de Danse de Paris. Et c’est avant même de voir ses études couronnées par un brillant premier prix, qu’il obtient le poste de première flûte solo à l’Orchestre National de Lorraine à Metz, fonction qu’il occupera de 2004 à 2009. Il est alors nommé première flûte solo de l’Orchestre de la Suisse Romande à Genève par Maestro Marek Janowski.

Au-delà de son enthousiasme pour le répertoire d’orchestre, Loïc Schneider est également passionné de musique de chambre. C’est dans cet esprit qu’il a créé en 2006, avec deux collègues de l’Orchestre National de Lorraine, «Le Salon de Musique», un ensemble de musique de chambre à géométrie variable qui lui offre la possibilité d’explorer un répertoire parfois plus exigeant mais tout aussi palpitant.

Le talent de Loïc Schneider est soutenu par la Swiss Global Artistic Foundation et la ville d’Osnabrück en Allemagne lui décerne le prix de musique 2010.

Partenaires

Swiss Global Artistic Foundation
Beau Rivage Palace, Switzerland-Lausanne